Anna Garforth: urban eco-artist

urban eco-artist

Anna Garforth: urban eco-artist

Pour bien commencer la semaine, je ne résiste pas au plaisir de vous faire découvrir cette petite perle d’artiste anglaise qu’est Anna Garforth.
Si je suis très enthousiaste c’est que j’adore son travail mais aussi sa personnalité, rien que ça. Issue de la Central Saint Martins School de Londres, diplômée en graphic design, Anna s’est fait remarquer grâce à ses superbes “moss graffiti”.
L’idée du moss graffiti est d’utiliser, comme le graffiti classique, les murs de la ville comme support de création. La différence (de taille) est qu’Anna n’utilise pas des bombes mais un élément organique: de la mousse, qu’elle récupère souvent dans les cimetières (la mousse pousse sur les tombes donc en plaques, plus faciles à travailler!). Avec cette mousse Anna tapisse les murs de mots ou de phrases qui l’inspirent. Le procédé est 100% biodégradable puisque même la colle pour faire adhérer la mousse aux aspérités du mur est réalisée à base de yaourt de bière et de sucre.
Anna a fait ses preuves en moss graffiti depuis quelques temps déjà. Et si je continue à suivre son travail c’est qu’elle travaille régulièrement sur d’autres projets toujours aussi ingénieux en suivant les mêmes principes: des éléments naturels, des œuvres éphémères comme matières à penser et la ville comme terrain de jeu. Avec Anna on est toujours étonné! Dernière trouvaille: l’utilisation de feuilles et des épines comme éléments typographiques. Seul hic: seuls les londoniens en profitent!

 

Concernant le projet Rethink que vous voyiez au-dessus, Anna explique: ‘This piece was located in front of two main resources we heavily depend upon, gas and water. The word communicates a need to rethink about what we consume and how we consume it.

Pour Greenkiss, elle a gentiment accepté de répondre à quelques questions.

– What do you like in organic materials?
They don’t come with instructions

– You’re working a lot outside, why? how do people react?
I work outside because it is my favourite place to be. So far (touch wood) the reaction has been really positive; heads always turn, there are a lot of smiles, and often people stop and have a chat.

– How did you come to work on environmental issues?
I followed my heart and intuition.

– Do you think it’s important that artists express themselves on that type of issue?
Artists should seek to express themselves on things that are close to their heart. Many artists are inspired by the world around them, good and bad, they seek to inspire, excite and stimulate new perceptions in the viewer. People react to art, so I believe there is a certain power there to get people thinking. Art and design can be used as a visual and functional tool to engrain sustainabilty in our culture. The green art/design movement is a positive one, but artists express themselves using many other issues that are just as important.

– Would you like to tell us a secret?
Well I would like to tell you a recipe that should be kept a secret as it is ridiculously bad for you, but unbelievably delicious! …..Chocolate honeycomb mmmmmmm. Another secret: cover it in chocolate.