Hep Taxidermie

Hier, soirée cocktail dînatoire chez Deyrollela mythique maison de taxidermie et entomologie avait flambé en février 2008. Le cocktail consacrait sa réouverture après réfection ainsi que le vernissage du livre, 1000 °C (ed Assouline) et d’une expo de photos de Laurent Bochet, d’animaux empaillés brûlés au troisième degré (Jusqu’au 1er décembre, allez-y!). Quel spectacle funeste mais grandiose que ces animaux empaillés noircis, calcinés, décapités, aux museaux rabotés, flancs éventrés révélant leurs intestins de paille il était amusant de repérer au sein de la faune morte ou vive quelques figures de la fête parisienne, tel l’excellent Rasmus. Et d’y croiser entre fauves et canaris des représentants du développement durable. J’ai eu l’occasion de discuter avec un jeune homme consultant en dd et actionnaire d’une entreprise d’éoliennes. Il est impliqué dans les expositions de la fondation Edf, dont la prochaine, dans trois semaines aura pour thème le dev durable dans la ville de demain. A suivre

Autre rencontre de la plus haute importance: celle de l’énergique Maxime de Rostolan qui œuvre chez Deyrolle à la fabrication et la distrib de planches pédagogiques sur le dd. Et qui y travaille main in hand avec la non moins charmante Anne Sophie d’écolo info. Ils partent en mission à Copenhague en décembre. Je n’ai pas rencontré le maître de Céans, mais je peux vous affirmer avec certitude qu’il était vêtu de rouge orangé. Il s’agit du vénérable, au sens de vénération, sorry pour le manque d’étiquette, Prince Louis Albert de Broglie, qui a créé rien moins, outre sa marque Le Prince Jardinier, que le Conservatoire National de la tomate, réservoir de biodiversité, comptant 650 espèces. Il faudrait dérouler plusieurs pages pour évoquer ses divers projets. Je ne citerai aujourd’hui que celui de son exposition  Ar(t)bres au château de la Bourdaisière sur le thème de la nature malmenée Des plasticiens ont revêtu des arbres de matériaux de récup. Avec Sylvain Rousseau, artiste de la galerie damis LHK, Irina Volkonskii, Cécile Granier de Cassagnac Expo jusqu’au 15 Novembre.

Ps: Des centaines de créatures vous fixent de leur œil de verre. Mais aucun animal n’a été maltraité: ils sont décédés d’une grippe du moment, hop, un stuff de paille et voilà. C’est important de le dire, moi qui suis incapable d’ôter la vie à un moucheron.