Il dessine des animaux

Un artiste qui utilise la craie et qui dessine des animaux, c’est mon coup de cœur greenkiss de la rentrée !

Vous avez peut-être eu la chance de voir un dessin de Philippe Baudelocque en vous promenant ces derniers jours du côté du 3e arrondissement de Paris, 25 rue du Pont-au-Choux plus précisément L’artiste a réalisé le 1er et 2 septembre un dessin de gorille à la craie! Après 10 heures de travail intensif, les passants ont eu le plaisir de découvrir l’animal trônant dans sa toute-puissance sur la devanture d’un magasin. Et voilà, après Akari le chat, Mila l’ours endormi, Philippe nous offre Fabrice, le gorille.

Quand je vois le travail de Philippe j’ai envie de parler de street art écolo même si c’est un peu facile. Il y a d’abord la ville et l’envie de nous donner à voir autre chose, de changer notre regard sur ce qu’on ne voit plus, la possibilité de s’arrêter quelques instants et admirer, curieux, un élément nouveau dans le paysage urbain. Et puis il y a les murs qui enferment, qui cloisonnent et qui sont aussi support d’expression, de création supports publicitaires aussi qui envahissent notre champ de vision sans que l’on est rien demandé. Merci de reprendre la main sur ce terrain-là aussi.

Enfin, la craie. Matériau naturel, mélange de calcaire et d’argile, 100% naturel et ce qui y est rattachée, souvenirs d’enfance. Son côté éphémère qui souligne l’importance du moment et laisse la place à autre chose, au cycle de la vie.

Et cerise sur le gâteau, le thème: les animaux. Ambassadeurs de la Nature comme dit Philippe, dans un univers urbain où on n’en voit guère (non les chiens en laisse et les pigeons ça ne compte pas).

Cela fait 7 ans que son travail artistique est basé exclusivement sur les dessins, peintures, vidéos etc. d’animaux. Pourquoi, comment, on va lui poser la question.

– comment tes venu cette idée de dessiner des animaux ?
Lorsque nous étions enfants, avec mon frère et ma sœur, nous recevions comme présents à toutes les fêtes à cadeaux des livres portants sur les différents règnes : minéral, végétal, animal mais aussi sur l’espace.
Pourquoi les animaux en particulier, je ne sais pas. Mon frère est lui, plutôt dans les plantes.
Il faut dire aussi que mon père dessine également des animaux. Peut-être que c’est de famille.

– tu dis que les animaux que tu dessines sont tous des symboles, que tu ne mets pas de hiérarchie entre eux.
Et qu’ils sont tous des représentants de la nature. Est-ce que tu peux nous en dire plus?

Oui, je dis ça parce que je ne me considère pas comme un artiste animalier tel qu’on peut le concevoir habituellement. Je ne cherche pas du tout à mettre l’accent sur la noblesse d’un animal ou la fragilité d’un autre.

Je les place graphiquement tous sur le même plan. En agissant ainsi, je bénéficie de la puissance d’évocation du symbole. Ils deviennent tous, c’est de cette manière que je les conçois, au premier abord des ambassadeurs du monde animal puis, des ambassadeurs de la Nature.

– pourquoi as-tu eu envie de dessiner un animal sur les murs de la ville? Tu trouves que ça manque d’animaux ? Que les murs sont tristes?
j’ai trouvé réjouissant den dessiner un, à cet endroit. Ce beau mur noir ne demandait que ça. Je ne trouve pas particulièrement que les murs soient tristes ni que ça manque d’animaux.

– pourquoi la craie? 
La solution la plus simple et légère pour dessiner sur un mur noir est pour moi la craie. Je ne l’utilise pas depuis longtemps, en revanche ça m’a donnée de grandes envies de recommencer

– greenkiss est un site dédié à l’environnement, la nature, l’écologie, est-ce que ce sont des thèmes qui t’intéressent? Est-ce qu’en tant qu’artiste cela t’inspire ? Est-ce que tu crois que les artistes peuvent sensibiliser les gens à ces thèmes ?
Et comment !!! Ces thèmes m’influencent dans un sens positif. Les artistes, comme tous les autres êtres humains apportent comme ils peuvent leurs contributions.

– comment les gens réagissent-ils en te voyant dessiner?

Ils étaient étonnés et très contents. Désolés aussi, la craie, c’est fragile.

Le dessin à la craie d’un animal n’est pas anodin. Il est soumis aux aléas du temps mais aussi à l’attention des passants.

– est-ce que tu veux nous confier un secret ?
je vais plutôt vous confier une petite histoire :

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »