Les filles du Climate Rush dans Tracks sur Arte !

Certains d’entre vous on peut être vu l’émission hier soir avec un sujet sur les activistes du Climate Rush. Un peu d’autopromo ne faisant de mal à personne (c’est moi qui l’ai fait!), je vous invite à jeter un œil sur le site de Tracks, l’émission étant visible en streaming pendant 7 jours.
Pour les insomniaques l’émission repasse ce soir samedi 28 novembre à 3h du mat.

Plus sexy que Cousteau et plus écolos que le Black Block, les suffragettes du Climate Rush remettent la désobéissance civile au goût du jour. Je suis partie à la rencontre de ce groupe d’activistes anglaises à la fin du mois de septembre alors quelles réalisaient un trip à travers l’Angleterre pour sensibiliser les gens aux problèmes liés au réchauffement climatique. J’avais déjà repéré leurs actions depuis quelques temps mais je n’avais pas eu l’occasion de les rencontrer. C’est chose faite grâce à Tracks. J’ai été agréablement surprise devant la détermination de ces filles âgées de 22 à 26 ans mais aussi devant leur capacité à faire rimer engagement et bonne humeur! Elles ont une véritable envie de faire bouger les choses autrement, et avec elles l’activisme n’a rien d’intimidant. A la suite une partie du commentaire repris du sujet télé. Enjoy and get involved !

Histoire de laisser le moins de saletés possibles derrière elles, ces fées du logis vertes ont choisi la traction hippomobile ! Partie le 4 septembre de Sipson, près de Londres, la caravane écolo traverse le sud de l’Angleterre, histoire de mettre de la joie dans la grisaille du combat anti-carbone. Ce roadshow, spectacle itinérant en vf est composé d’une carriole tirée par deux chevaux et d’une quinzaine d’activistes. Leur nom de code : Le Climate Rush. Cet escadron de filles activistes se surnomme les Suffragettes.

Depuis un an et demi, les Suffragettes font la pluie et le beau temps chez les eco warriors. Elles organisent un pique-nique géant à l’aéroport d’Heathrow pour en dénoncer les programmes d’expansion, s’enchaînent aux grilles du Parlement de Londres et se collent à la Super Glue à l’une des statues de son hall d’entrée. Quand la caravane de Climate Rush débarque, les militantes distribuent leur Gazette, au titre emprunté aux Beatles : Here Comes The Sun. Elles y expliquent pourquoi les Suffragettes, quelles décrivent comme les premières punks sont leur modèle.

En 1893, la Nouvelle-Zélande est le premier pays au monde à accorder le droit de vote aux femmes. Dix ans plus tard des Anglaises, qu’on surnomme les Suffragettes, se lancent à leur tour dans ce combat et multiplient les coups d’éclat, brûlant églises ou terrains de golf réservés aux hommes. En 1913, l’une d’elles se tue en se jetant sous les sabots du cheval du roi Georges V. En 1918, le Parlement anglais accorde enfin le droit de vote aux femmes. Un siècle plus tard, les Suffragettes anti-carbones reprennent non seulement la tenue vestimentaire de ces combattantes mais aussi leur culot. Pour suivre les Suffragettes dans leur périple, il faut dire adieu au carbone. Pas de business class dans notre jet privé, cette fois l’équipe de Tracks a dû voyager en train pour aller à la rencontre de la caravane du Climate Rush et laisser tomber la suite royale pour le camping sauvage. Si les Suffragettes peuvent compter sur un noyau dur de militantes, toutes les bonnes volontés peuvent se raccrocher à la caravane pour un jour ou le mois entier.

Le Big Bang du zéro carbone remonte à 2006 avec le premier Camp for Climate Action organisé près de Leeds face à la centrale thermique à charbon. Depuis chaque année, les Climate Camp squattent des zones hautement chargées en carbone. On y compte jusqu’à deux cents ateliers où l’on peut apprendre le journalisme activiste ou l’apiculture. Véritable salon de l’écologie, tous les activistes climatiques s’y donnent rendez-vous. Parmi eux, les terribles Plane Stupide.

Le 27 février 2008, Tamsin grimpe sur le toit de Westminster, l’un des bâtiments les mieux protégés d’Angleterre, avec cinq autres membres de Plane Stupid, une organisation qui se bat pour une réduction du trafic aérien. Ils y déploient une banderole et répondent en direct par téléphone portable aux interviews des journalistes.

Le road trip du Climate Rush prend fin à Totnes car ce village de 7700 habitants est la cité pionnière du Mouvement de la transition. Depuis 2005, plusieurs centaines de villes et de quartiers se sont ralliés au concept de l’environnementaliste Rob Hopkins. Son but : créer des collectivités autosuffisantes et zéro carbone.

Pour créer des villes qui diminuent de façon drastique la production de carbone, les habitants des Transition Towns ont un credo : trouve ta nourriture à pied et pas en faisant des kilomètres. Histoire de limiter la pollution liée au transport. Parti d’Angleterre, le mouvement gagne toute la planète, de l’Australie aux Etats-Unis.

N’hésitez pas à faire un tour régulièrement sur le site du Climate Rush et des Transition Towns, toujours plein d’infos à glaner et d’initiatives à adapter.