Les films d’animation, nouvelle arme de persuasion massive ?

A l’heure où je vous parle se passe sur le net une petite révolution dont nous n’avons même pas conscience (idiots que nous sommes!). Dans un «monde de l’après Copenhague» une véritable guerre en ligne contre le réchauffement climatique vient d’être lancée par 24 artistes internationaux. Un film regroupant les pointures de l’animation (comme Decoy, World Leaders ou Parasol Island) est en train de se créer là sous nos yeux pour dénoncer l’inertie dont nous faisons tous preuve face aux enjeux environnementaux. Retenez bien son nom Coalition of the willing, vous risquez d’en entendre parler.L’idée de Coalition of the willing est de proposer une réponse au problème majeur de notre temps: comment galvaniser et mobiliser les opinions publiques mondiales dans la lutte contre le réchauffement climatique? Ce film optimiste et raisonné explore la façon dont nous pourrions utiliser les nouvelles technologies comme Internet pour tirer parti des compétences des militants, des experts et des citoyens ordinaires dans des projets de collaboration pour lutter contre le changement climatique. En prenant ses repères dans la contre-culture des années 60, Coalition of the willing vise à prouver que toutes les révolutions réussies ont pour point de départ l’initiative, la bonne volonté et le pouvoir de la population. Le film devient alors un formidable argument pour le développement d’un nouvel activisme en ligne et explique comment nous pouvons prendre en main la lutte contre le réchauffement climatique.

Le film est en train de se créer en ligne aujourd’hui sous nos yeux. Depuis le 3 février le script du film est entièrement disponible sur le site. Toutes les deux semaines une nouvelle vague d’extraits du film sera mise en ligne complétant le scénario final. Le film sera terminé d’ici la mi-avril 2010.

Simon Robson aka Knife Party , réalisateur et producteur a gentiment accepté de répondre à quelques questions pour Greenkiss.

Pour info, ses travaux ont été présentés lors de festivals à travers le monde, comme Edimbourg, Toronto, Raindance et le Brooklyn International Film Festival. Simon a remporté le prix du «meilleur court métrage d’animation» pour son premier film What Barry Says à Brooklyn et Londres en 2004. Il a réalisé Taking Liberties, un long métrage documentaire sorti en 2007 sur le déclin des libertés civiles au Royaume-Uni, nommé au British Academy of Film and Television Arts.