Lingerie with bollocks !

Lingerie

Nadège avait déjà fait monter la température avec ses films God save the green, voici le film de la marque de lingerie anglaise Eco-boudoir qui pose cette question essentielle : « Si vous ne savez pas ce qu’il y a dans votre petite culotte, devriez-vous la porter ? »

Ok, j’ai plus de 6 mois de retard sur la sortie de ce petit film… Mais vaut mieux tard que jamais ! Et puis je suis sûre que certains y trouveront quand même un intérêt…

Je ne suis pas sûre qu’un bout de culotte soit un des problèmes majeurs à régler là tout de suite maintenant mais c’est quand même l’occasion de rappeler que l’industrie textile est une des plus polluantes. Les chiffres avancés sont quand même hallucinants : 18kg de CO2 pour la fabrication d’une petite culotte, 2 milliards de $ dépensés dans les pesticides chaque année pour la culture du coton, 20 000 litres d’eau sont utilisés pour faire 1 kg de coton… Chaque année, les habitants de la planète dépensent plus d’un demi-billion de livres pour acheter des vêtements…

Comme l’explique très bien Eco-boudoir, le changement commence par l’acheteur, c’est dans cette optique qu’ils ont réalisé ce film. Le choix des consommateurs peut changer la face de la mode !

Evidemment Eco-Boudoir est conforme aux plus intransigeantes des normes éthiques et l’ensemble de ses procédés de production et de commercialisation sont menés en toute transparence. Les produits sont fabriqués uniquement avec de la soie et du coton bio, du bambou ou une fibre de bois. La lingerie est fabriquée en Grande-Bretagne pour éviter la pollution due au transport et les imprimés sur soie sont réalisés selon un procédé utilisant moins d’eau que les méthodes traditionnelles.